Halte aux coups de pressions !

mercredi 16 juin 2010

Alors que se prépare la prochaine rentrée, les dommages collatéraux provoqués par la réforme de la formation s’apprécient, en ce moment, avec plus d’acuité.

L’incurie de l’Education nationale la conduit actuellement à partir en quête de formateurs de fortune afin d’encadrer nos futurs collègues privés de l’expérience d’une année de stage.

Cette recherche pathétique et cache-misère permettra au ministère, n’en doutons pas, de faire des déclarations triomphantes sur sa réforme. Dans ce naufrage,
certains inspecteurs du primaire ou du secondaire font du zèle pour trouver des canots de survie dans les écoles et les établissements. Cette abnégation quasi martiale à regarder couler le navire les conduit à faire croire à des collègues et à des équipes qu’ils sont tenus d’assurer des missions de tutorat et qu’ils ne peuvent s’y soustraire.

Bien évidemment, il n’en est rien, l’encadrement de nos jeunes collègues ne peut être qu’un acte de volontariat.

Il n’existe aucune disposition réglementaire qui permet à nos hiérarques de nous imposer ce dispositif.

Alors, nos chefaillons ne nous épargnerons certainement pas leur couplet sur
l’éthique mais est-ce vraiment moral de balancer des personnels non-formés en poste alors que les conditions de travail se dégradent et qu’on nous annonce l’augmentation des effectifs de classe ?

Et que dire des indemnités dérisoires qu’ils pourraient nous faire miroiter.
Nous n’avons peut-être pas d’éthique mais il nous reste encore de la dignité.

Enfin, si jamais vous étiez ardemment sollicités, n’hésitez pas à nous
contacter. sudeducationgre@worldonline.fr


Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 21 octobre 2019

Publication

724 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
92 Auteurs

Visites

39 aujourd’hui
66 hier
231345 depuis le début
4 visiteurs actuellement connectés