L’opération de dépeçage continue

vendredi 14 mai 2010

En moins d’une semaine, deux rapports viennent de clouer au pilori le système éducatif français.
L’un est produit par la cour des comptes l’autre par le très libéral institut Montaigne. La coïncidence semble bien grosse pour être fortuite d’autant plus que les conclusions de ces deux institutions sont assez concordantes. Si la cour des comptes tente de ménager les susceptibilités, (L’assouplissement de la carte scolaire est nocif, il faut s’adapter aux besoins des élèves…) elle insiste cependant sur le hiatus entre l’investissement dans le secteur éducatif et les résultats notamment en terme de prévention de l’échec scolaire.

Cette critique débouche sur une série de propositions (13 au total déclinées selon 4 axes) avec au passage un autre mode de gouvernance des moyens et des établissements.

Autrement dit, il faut déréglementer les obligations de service des enseignants régies par des textes et des statuts rétrogrades :"Il est désormais impératif de remplacer la logique de l’offre scolaire – qui repose sur des moyens alloués en fonction des programmes : tant d’heures de cours, qui signifient tant d’enseignants, qui signifient tel budget –, par une logique fondée sur la demande, c’est-à-dire sur une connaissance nettement plus précise des besoins des élèves". Et surtout donner de l ‘autonomie aux établissements : "Un accord annuel arrêté entre les enseignants et les responsables des établissements [devrait] définir les modalités pratiques de répartition de ces missions" Il faut « que ce soient les équipes pédagogiques qui déterminent les modalités de répartition des moyens d’enseignement et d’accompagnement personnalisé. »

Cette programmatique ressemble à s’y méprendre aux conclusions de l’institut Montaigne, un « Think tank » à la botte du patronat.

Mais doit-on être surpris ?

Ces mesures s’inscrivent pleinement dans les recommandations de l’OCDE et de l’UE en matière de politique éducative. C’était aussi le programme de l’UMP aux présidentielles.
Ils tiennent donc leurs sinistres promesses que les mesures d’austérité budgétaire vont venir justifier.

Il est grand temps de se mettre en branle pour tenir les nôtres : « les chasser à grands coups de pompes ! ».


Navigation

Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 6 novembre 2019

Publication

727 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
98 Auteurs

Visites

62 aujourd’hui
308 hier
233822 depuis le début
5 visiteurs actuellement connectés