RÉPRESSION : INTERDICTION DE MANIFESTER

Une attaque contre notre droit de citoyen-enne
mercredi 2 janvier 2019
par  PY

Il y aura un avant Gilets Jaunes, et un après Gilets Jaunes.
Pour certain.e.s, il y a un avant 8 décembre, et un après 8 décembre.

Si aujourd’hui participer à une manifestation est un délit.
Si aujourd’hui, porter un gilet jaune est puni par les sbires de l’état.
Si aujourd’hui, défendre des droits fondamentaux est une faute.

Maria, Stéphane, Tom et Dylan sont passés en procès mercredi 26 décembre au TGI de Valence. Ils étaient inculpés de violences sur des fonctionnaires de police dépositaires de l’autorité publique.

Ce chef d’inculpation reflète de façon erronée la réalité des faits.
Les 4 faisaient parti d’un groupe qui est allé prêté son soutien aux Gilets jaunes qui filtraient la circulation au rond point du Plateau des Couleurs à Valence.
Au moment où ils se dispersaient ils ont subi une charge des bleus (les "robocops") avec usage de grenades lacrymogènes. Dans le même temps, ils ont eu à faire face à un groupe d’individus, de noir vêtus, qu’ils ont pris pour des militants identitaires (des fascistes, quoi). Leur réaction fut une réaction d’auto-défense.
Ces individus se sont avérés être des policiers en civils, dont le directeur de la sécurité. La seule présence de ce ponte montre à l’évidence que ce coup de police était orchestré ; on trouve des exemples similaires dans d’autres villes en France, ce samedi 8 décembre, acte IV des Gilets Jaunes.

Le verdict est à la hauteur des attentes du gouvernement qui est de casser le mouvement parce qu’il n’est pas capable d’apporter une réponse politique propre à dégonfler une mobilisation originale qui ne désire que de la Justice sociale et fiscale, ainsi qu’une reconnaissance démocratique.
Verdict : pour Stéphane, 18 mois de prison dont 12 fermes ; Dylan, 12 dont 6 fermes ; Tom, 10 dont 4 fermes ; Maria, 9 dont 3 fermes. Ils subissent également une interdiction de manifester pendant trois ans. Ce dernier point est un message pour nous tous-tes.
Le gouvernement respecte formellement le droit constitutionnel de pouvoir manifester, mais il le déconseille fortement, à nos risques et périls.
C’est une attaque contre notre droit de citoyen-enne. Nous pouvons tous-tes, dans l’exercice de ce droit, être soumis au même traitement que Maria, Stéphane, Dylan et Tom.

Que faisons-nous ? Courber l’échine ou continuer de montrer que, tous-tes ensemble, nous sommes forts et que nous n’avons pas peur ?

Pour + d’infos : http://www.ricochets.cc/Soutien-a-Dylan-Tom-Stephane-et-Maria.html

Caisses de soutien : https://www.leetchi.com/c/soutien-aux-inculpe-e-s-du-mouvement-social et http://www.lepotcommun.fr/pot/9gtvmf7o

Contact : soutien.stephane.trouille@protonmail.com


Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 22 mars 2019

Publication

691 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
33 Auteurs

Visites

90 aujourd’hui
139 hier
211936 depuis le début
5 visiteurs actuellement connectés