Rentrée 2019 : à quoi joue le rectorat avec les AESH ?

lundi 9 septembre 2019

une semaine après la rentrée, la situation des AVS, qui accompagnent en classe et dans leur scolarité les élèves porteur d’un handicap, est catastrophique, et illégale :

- contrats toujours pas signés ;

- affectations (lieu de travail) non précisées

- pas de quotité de travail précisée

Du coté des services administratifs, aucune réponse depuis 2 semaines : lignes toujours occupées, pas de courrier, pas de réponse aux mails, AUCUNE AUCUNE INFO !!!

Les collègues sont toujours dans l’attente et aucune réponse satisfaisante n’est donnée par les services du rectorat.

De nombreux contrats ne sont toujours pas signés, qu’il s’agisse de renouvellement ou de nouveaux contrats.

Les collègues déja AESH (Accompagnant les Elèves en Situation de Handicap) l’année dernière sont incitées oralement à se rendre sur leur précédent lieu de travail (sans avoir la certitude qu’il ne changera pas une fois le contrat reçu) pour aider les élèves dès la rentrée. Quand aux nouvelles recrues, elles doivent attendre leur contrat, promis depuis le début de l’été...

Alors que l’académie poursuit son plan de communication à propos de son nouveau « service académique de l’école inclusive » combien d’élèves se sont retrouvés lundi sans accompagnant-e à leurs côtés ?

Lors de l’audience entre le collectif des précaires de l’Education nationale de la Drome et la direction de la Drome début juillet dernier, il avait été assuré que les contrats étaient en cours de finalisation afin que cette année les collègues partent en vacances contrat signé et affectation connue, et que la rentrée se déroulerait dans les meilleures conditions.

Cet engagement n’a pas été respecté. Le mépris avec lequel sont traité-es les AESH révèle bien la place qu’elles et ils occupent pour le rectorat : des personnels de seconde zone.

La mise en place des Pôles Inclusifs pour l’Accompagnement Localisé (PIAL) n’augure rien de bon. Là encore, les services de communication, cette fois ministériels, veulent nous faire croire qu’il s’agit d’un dispositif de renforcement de l’école inclusive. Sud éducation, aux côtés des AESH mobilisé-es, y voit plutôt un outil de rentabilisation de l’accompagnement des élèves en situation de handicap par une mutualisation accrue, palliant ainsi le manque de personnel, lui-même lié aux conditions précaires dans lesquelles doivent travailler les AESH. Les AESH vont être amené-es à accompagner plus d’élèves sur plusieurs lieux de travail (jusqu’à 4 élèves, parfois même plus, à la fois dans le 1er et dans le 2nd degré), tandis que les élèves auront moins d’heures d’accompagnement individuel.

Le rectorat doit trouver au plus vite une solution pour permettre aux collègues AESH de signer leur contrat et de connaître leur affectation et leur quotité de travail. Tous ces éléments sont des obligations légales pour l’employeur, qui est pourtant l’Etat lui-même !!

L’année écoulée a été une étape importante pour la lutte collective des AESH. Les mobilisations ne manqueront pas de se poursuivre cette année 2019-2020, pour faire face à la mise en place des PIAL et revendiquer un autre statut, par la titularisation de toutes et tous. Sud éducation se tiendra à leurs côtés.

Rassemblement devant le rectorat de Grenoble à 16h30


Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Sur le Web

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 13 octobre 2019

Publication

724 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
91 Auteurs

Visites

65 aujourd’hui
93 hier
231102 depuis le début
5 visiteurs actuellement connectés