Non à la surcharge de travail sans moyens supplémentaires !

mardi 13 octobre 2020

La crise sanitaire du COVID-19, gérée de façon chaotique par le ministère de l’Education Nationale depuis des mois, sert de prétexte pour alourdir les tâches des personnels, sans moyens supplémentaires alloués. SUD éducation dit « Stop au bénévolat ! »

LE TRAVAIL GRATUIT : UNE PRATIQUE QUI SE GENERALISE

Depuis longtemps dans les écoles, les personnels accueillent les élèves le matin et en début d’après-midi 10 à 15 minutes avant le temps officiel de la classe et non prévu dans le temps de service cadré par la circulaire du 4 février 2013. Avec la mise en place du protocole sanitaire, cet accueil bénévole se diffuse dans les autres établissements scolaires (collèges, lycées). Des enseignant.e.s reçoivent l’injonction de venir à l’avance le matin pour accueillir les élèves et pallier le manque de personnels de Vie scolaire.
En faisant appel à notre conscience professionnelle, l’Education Nationale réalise de scandaleuses économies !

SURCHARGES DANS LE 1er DEGRE

Avec la mise en place du protocole sanitaire les personnels du 1er degré voient leurs tâches se décupler, en dehors de leurs obligations réglementaires de service :
- dans certaines écoles, on demande aux professeur.e.s de désinfecter le matériel collectif utilisés par les élèves sur le temps de classe et de récréation ;
- les directeur-rice.s d’école doivent rédiger de nouveaux protocoles sanitaires au gré de chaque changement d’organisation dans l’école.
Cela s’ajoute à des surcharges administratives héritées de précédentes réformes :
- organisation des évaluations nationales en CP et CE1, avec le soucis de devoir rentrer les résultats une fois les tests passés ;
- compléter et modifier le PPRE (Projet personnalisé de réussite éducative), à chaque période, sans quoi on nous menace de ne pas étudier les demandes d’orientation des élèves ;
- remplir des missions auparavant assurées par des secrétaires, les RASED, les AS qui ont tou.te.s disparu.e.s des écoles pour permettre à l’Education Nationale de faire des économies ;
- pallier l’absence de remplaçant.e.s et d’AESH dans des classes de plus en plus chargées.

SURCHARGES DANS LE SECOND DEGRE

Depuis la rentrée de septembre 2020, les AED subissent aussi une nouvelle surcharge de travail, sans pour autant voir une revalorisation salariale ou une évolution positive de leur statut. Les AED doivent en effet accroître leur surveillance dans les établissements pour veiller à l’application du protocole sanitaire (respect du port du masque, des sens de circulation…). Tout ce temps de travail se fait au détriment de l’accompagnement des élèves.

Pour rappel depuis 2019 (décret n°2019-309 du 11 avril 2019) une 2ème heure supplémentaire non refusable a été imposée aux enseignant.e.s du second degré. Cela a pour conséquences : la prise en charge de classes supplémentaires pour les professeur.e.s et la suppression de postes dans de nombreux établissements. Or, des élèves en plus ce sont des heures en plus à corriger des copies, à remplir des bulletins trimestriels, le cahier de texte…, transformant de plus en plus notre métier en un travail à la chaîne numérique et chronophage.

En plus de cette charge de travail, s’ajoute des tâches administratives de plus en plus complexes notamment pour les professeur.e.s principaux. La circulaire n°2018-108 du 10/10/2018 précise que les missions des PP sont :
- le suivi individuel de chaque élève
- le lien avec les familles, CPE, PsyEN…
- la mise en place de l’accompagnement des élèves à besoins éducatifs particuliers
- l’orientation des élèves : notamment des entretiens individuels avec les élèves de 3ème au collège (circulaire n°2006-213) et un renforcement de la mission d’aide à l’orientation au lycée depuis les réformes Blanquer
Cette inflation des tâches est sensée être compensée par une indemnité (décret n°93-55 du 15/01/1993) qui est loin d’être à la hauteur des heures effectuées concrètement !

SUD éducation revendique :

  • la mise en place de moyens supplémentaires concrets qui remplace le bénévolat des personnels
  • le recrutement de personnels dans les 1er et 2nd degré pour pallier les besoins d’accueil et d’accompagnement des élèves
  • une réelle revalorisation salariale pour tous les personnels travaillant dans l’Education Nationale
  • l’embauche massive des personnels des RASED
PDF - 180.2 ko
Non à la surcharge de travail sans moyens supplémentaires !

Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 22 octobre 2020

Publication

783 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
208 Auteurs

Visites

29 aujourd’hui
86 hier
289133 depuis le début
4 visiteurs actuellement connectés