Bulletin erratique Ardèche SUD éducation Ardèche

janvier 2022
jeudi 20 janvier 2022

Au menu :
1) De la maternelle à l’université : l’école mise au pas
2) Après la publication de la loi Rilhac, réaffirmons notre solidarité collective  !
3) AESH : toutes et tous en grève le 27 janvier 2022  !
4) En grève pour nos salaires le 27 janvier  !
5) Salaires : toutes les raisons de lutter
6) Ensemble pour défendre nos droits et libertés fondamentaux contre le passe vaccinal

PNG - 332.5 ko

1) De la maternelle à l’université : l’école mise au pas

Réformes, mise au pas des personnels, surveillance, autoritarisme, normalisation des pratiques pédagogiques, précarisation… l’école comme entreprise.
Lors de la cérémonie d’hommage à Samuel Paty, le ministre Blanquer annonçait la couleur évoquant les si consensuelles, en apparence, « valeurs de la république » : « Ça n’a peut-être pas été assez clair dans le passé, ça va être désormais très clair dans le présent et dans le futur, au travers de la formation comme de la gestion de la carrière des personnes », autrement dit il s’agit d’une mise au pas généralisée.
Lire notre 4 pages

2) Après la publication de la loi Rilhac, réaffirmons notre solidarité collective  !

La loi créant la fonction de directrice ou de directeur d’école, dite "loi Rilhac", a été publiée au Journal officiel. Il est donc désormais écrit dans le Code de l’éducation que le directeur ou la directrice d’école "bénéficie d’une délégation de compétences de l’autorité académique", "dispose d’une autorité fonctionnelle", "administre l’école" et "participe à l’encadrement et à la bonne organisation de l’enseignement du premier degré". Les conséquences concrètes de la promulgation de cette loi devront être précisées par les décrets d’application mais il y a fort à parier que le Ministère de l’Éducation nationale essaiera de déléguer de nombreuses missions aux directeurs et directrices avec pour seule compensation une maigre augmentation du temps de décharge et la reconnaissance d’une autorité dont ils et elles ne voulaient pas. L’objectif du Ministère est en effet clair : il cherche à ajouter un maillon à la chaîne hiérarchique et à transformer les directeurs et directrices en managers chargé·es de faire appliquer les directives et de rendre ensuite des comptes à l’autorité académique.
Lire le communiqué
PNG - 122.5 ko

3) AESH : toutes et tous en grève le 27 janvier 2022  !

La revalorisation décidée en septembre par le ministère de l’éducation n’est pas à la hauteur des enjeux : sortir 129 000 AESH de la précarité. Les temps incomplets imposés font que la majorité d’entre-nous vivons sous le seuil de pauvreté.
Cette question des salaires et du temps de travail est indissociable de celle du statut.
SUD éducation revendique un statut de la Fonction publique pour les AESH et la création d’un nouveau métier d’éducateur·trice scolaire spécialisé·e. Les compétences et l’expérience professionnelle des AESH doivent être reconnues ! 
Lire le tract

4) En grève pour nos salaires le 27 janvier  !

Depuis 2 ans, le gouvernement distribue des miettes !
SUD éducation dénonce les mesurettes qui n’ont pas de véritables effets sur le niveau de vie des personnels. Les personnels ont perdu entre 15 et 25 % de rémunération au cours des 20 dernières années, le salaire moyen est inférieur d’au moins 15% aux salaires des personnels des pays de l’OCDE alors que le temps en classe est plus important (en moyenne 900 heures en classe en France contre une moyenne européenne de 738 heures).
Lire l’article
PNG - 356.8 ko

5) Salaires : toutes les raisons de lutter

Depuis plusieurs mois, partout c’est le constat d’une augmentation des dépenses courantes, énergie, carburant, prix alimentaires… tandis que les salaires, minimas sociaux et pensions ne suivent pas, voire ont largement décroché !
Sous l’ère Macron, 5 % des ménages les plus modestes (ceux qui vivent avec moins de 800 euros par mois) ont perdu jusqu’à 0,5 % de pouvoir d’achat. (chiffres de l’étude de l’institut indépendant des politiques publiques novembre 2021). Les mesures de ce gouvernement ont favorisé les détenteurs du capital, les plus riches.
Et le maintien coûte que coûte de la réforme de l’assurance chômage aggravera la paupérisation des plus précaires.
Pendant ce temps-là, c’est pas loin de 51 milliards qui ont été versés en dividendes pendant la pandémie, tandis que les scandales sur la fraude fiscale continuent !
La colère monte partout, les luttes et les grèves, avec des revendications principales sur les salaires ont fleuri partout sur le territoire…
Il s’agit maintenant de les faire converger, de les faire croître pour inverser le rapport de force ! Nous appelons avec la CGT, FO et la FSU à la grève interprofessionnelle le jeudi 27 janvier !
Lire l’appel à la grève le 27 janvier

6) Ensemble pour défendre nos droits et libertés fondamentaux contre le passe vaccinal

Sur la route d’un régime d’exception qui n’en finit plus, la loi sur le passe vaccinal a été adoptée. Plusieurs organisations, dont Solidaires, ont cependant saisi le Conseil Constitutionnel.
Le passe vaccinal participe et ajoute des atteintes à un ensemble de droits constitutionnellement garantis, atteintes inadéquates, injustifiées et disproportionnées, dont nos organisations défendent logiquement l’inconstitutionnalité.
Lire le communiqué de presse

PDF - 644.3 ko
BM SUD educ 07-01.22

Agenda

<<

2022

 

<<

Mai

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031