4 ex-agents de l’Education nationale, employés en Contrat d’Aide à l’Emploi se rebiffent !

vendredi 25 janvier 2013

Ils travaillaient depuis plusieurs années dans un collège du Nord-Drôme en tant que surveillant, secrétaire administrative ou encore « médiatrices de la réussite éducative ».

Leurs contrats aidés sont très largement subventionnés, en contre-partie d’une solide formation des personnels en vue de leur réinsertion professionnelle. Ces dernières années, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont ainsi été recrutées dans les écoles, les collèges et les lycées, sous différents contrats aidés (Contrat d’Avenir, Contrat d’Accompagnement à l’Emploi, Contrat Unique d’Insertion) pour des missions d’aide administrative, d’accompagnement d’enfants handicapés, de surveillance.

L’ Éducation Nationale oublie trop souvent son obligation de formation. C’est sur ce point que ces personnels entendent faire valoir leurs droits. Ce serait une compensation bien méritée au vu du travail fourni : Contrats de 6 mois renouvelables, 20 h hebdomadaires annualisables ( 26h effectives par semaine de classe) pour un salaire de 625€.

Ils font suite aux 7 collègues « Emplois de Vie Scolaire » de Montélimar qui ont déposé un recours identique à la rentrée 2012. Ils espèrent compléter la liste des 300 recours déjà déposés et gagnés comme à Angers, Montpellier, Amiens, ...

La Cour des Comptes, elle-même, dénonce l’emploi abusif des contrats aidés pour des missions relevant d’emplois permanents de la fonction publique. SUD éducation a la même analyse en exigeant la titularisation de tous les personnels précaires, sans condition de concours ni de nationalité, avec un salaire décent et le droit effectif à une formation.


Documents joints

PDF - 49.7 ko

Sur le Web

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 7 juillet 2020

Publication

774 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
183 Auteurs

Visites

13 aujourd’hui
92 hier
281652 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté